Accueil Mobilité / Voirie / Urbanisme Rétablissons les faits : la majorité ne fait rien pour favoriser la pratique du vélo !

Rétablissons les faits : la majorité ne fait rien pour favoriser la pratique du vélo !

0
6

Mai est le mois du vélo. Le Mag de Fontenay ne pouvait donc manquer d’en faire sa Une et même d’y consacrer tout un cahier. Comme en 2023…

Mais quand la majorité municipale déclare sa flamme au vélo, ce n’est que de la communication. La plupart des actions qu’elle revendique ont été initiées par d’autres, il y a parfois très longtemps :

  • j’ai passé mon brevet vélo dans une cour d’école il y a plus de 50 ans ;
  • la vélo-école est une initiative de FARàVélo, avant que cette association soit bannie par Laurent Vastel au printemps 2021 ;
  • la Convergence vélo francilienne est une initiative de l’association Mieux se déplacer à bicyclette (MDB), dont FARàVélo est une antenne. FARàVélo organise le trajet pour Fontenay, mais le cahier a soigneusement évité de le mentionner. Mais il est bien que la ville de Fontenay-aux-Roses s’y soit associée ;
  • etc.

Quelle est la réalité des faits ?

  • Premier exemple : Candidat aux élections municipales, Laurent Vastel avait beaucoup promis… Notamment de mettre en œuvre 27 des 53 propositions du comité citoyen sur la Circulation, le Stationnement et les Transports Actifs (CSTA). Il n’en a réalisé aucune, et tout au contraire, à peine réélu, s’est empressé d’exclure FARàVélo, une des chevilles ouvrières du comité, de la vie associative fontenaisienne.
  • Deuxième exemple : Le projet de la municipalité pour rénover la rue Boucicaut dans le centre-ville a fait une quasi-unanimité contre lui. Les raisons ? Tout d’abord, les comités d’habitants et les citoyens étaient surpris de ne pas avoir été impliqués dans ce projet (à part une présentation sans véritable consultation). Sur le fond : pas de réduction du trafic automobile de transit, et donc aucune amélioration pour les personnes à mobilité réduite, les piétons et les cyclistes. Beaucoup de place laissée aux voitures, supposées être le poumon (carboné) du commerce. Pour l’occasion, un nouveau concept d’urbanisme a même été créé : la « voie piétonne circulée » ! Face aux protestations, le maire s’est vu contraint de créer un Comité Thématique pour que les citoyens soient au moins écoutés et puissent faire d’autres propositions. Rendez-vous après les élections municipales de 2026 ?
  • Troisième exemple : La Route Départementale 63 (à Fontenay : avenue Jean Moulin, rue Antoine Petit et avenue Jeanne et Maurice Dolivet) est un axe majeur du réseau vélo de la région, du Département et du Territoire. Hélas, le maire s’oppose à ce qu’une piste cyclable bidirectionnelle y soit installée. Il l’a écrit au président du Conseil départemental.
    En 2018, il a préféré faire transformer la voie de bus de l’avenue Jean Moulin en places de stationnement et une seule piste cyclable d’un côté. Comme si l’usager à vélo n’avait pas besoin de sécurité en rentrant chez lui le soir.
    En 2024, il persiste ! Le projet présenté en avril, qui prétend créer une piste cyclable continue sur toute la traversée de Fontenay-aux-Roses, est un trompe-l’œil : la piste serait bien continue dans le sens « banlieue vers Paris » mais pas dans le sens contraire. Et l’alternative évoquée « si on veut une piste bidirectionnelle continue » n’est que « il faudra abattre des arbres » et non « il faudra revenir à la situation d’avant 2018 en supprimant des places de stationnement. » Résultat : le maire propose un projet de mobilité vélo qui est interrompu sur 70% du tronçon. Se permettrait-il de propose un trottoir ou une route coupés sur 70% du parcours ?

Quand je vous disais que le prétendu amour de nos édiles pour le vélo n’est que communication ! De toute évidence, la majorité municipale n’est pas prête à passer aux actes.

Un amour très platonique, en somme.

Michel Giraud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *