Comme un symbole

0
13

Avez-vous remarqué cette tendance du Maire et d’une partie de sa majorité à systématiquement communiquer de manière contraire à leur action, à leurs priorités ?

Voici quelques cas criants issus du Fontenay Mag, dont le maire est directeur de la publication.

Le maire défend le tout voiture et présente un bilan très limité sur la politique vélo => une du Fontenay Mag n°457 (octobre 2020) : “Mobilité : des vélos dans la ville”.

Des fermetures de dizaines de berceaux dans les crèches de Fontenay => une du Fontenay Mag n°467 (octobre 2021): “Petite enfance : le temps de l’éveil “.

Les fontenaisiens subissent une parodie de démocratie participative (parole confisquée dans les conseils de quartier, budget participatif famélique…) => une du Fontenay Mag n°463 (mai 2021) : “Démocratie participative : place à l’expression citoyenne”.

De nombreux travaux indispensables ne sont pas faits dans les écoles => une du Fontenay Magn°476 (septembre 2022) sur “Rentrée : les enfants au cœur des dispositifs de la ville “.

Les travaux de rénovation de voirie sont en retard, seulement deux ou trois rues réalisées, des travaux sans amélioration effective (sur la sécurité des piétons et des cyclistes),travaux sans concertation véritable (rues Philippot, Durand-Benech…)=> une du Fontenay Mag n°475 (juillet-août 2022): “Cadre de vie: des rues rénovées, partagées, sécurisées”.

Des exemples, il y en a d’autres mais je ne voudrais pas vous lasser.

Comme un symbole de cette manière de procéder,  la mairie a organisé dans le cadre des journées du patrimoine une exposition (par ailleurs très intéressante) sur “les pavillons à Fontenay-aux-Roses, 30 années de projets” ainsi qu’une visite guidée dans la ville, dimanche 17 septembre dernier, sur ce même thème. Mettant l’accent sur la richesse et l’importance de notre patrimoine, le leg des architectes ayant travaillé sur des maisons dans notre ville.

Sauf que, sauf que… le pavillon présenté en affiche de ces événements, situé au 4 rue Auguste Lemaire et œuvre d’un des architectes mis en avant, René Loiseau, va  être détruit pour être remplacé par un immeuble, consacrant la politique de densification du maire !

Le décalage entre la communication et les actes affecte la crédibilité des politiques. Cela constitue un risque important pour notre démocratie. Le maire, au lieu de jouer de ces vieilles ficelles, devrait s’en rendre compte et mettre en conformité sa parole et ses actes.


Xavier Limage

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *