Accueil Commerce / Économie / Emploi Soutien au commerce : la politique illisible de la majorité municipale

Soutien au commerce : la politique illisible de la majorité municipale

0
10

Depuis 2014, M. Vastel affirme que son action vise à dynamiser le tissu commercial de Fontenay-aux-Roses notamment au centre-ville.

En pratique, 8 ans après, le bilan est très médiocre : de nombreuses coques commerciales sont actuellement vides notamment dans la rue Boucicaut, les commerçants du marché ne sont ni écoutés ni respectés, le commerce hors centre-ville (Scarron…) dépérit et les coques des nouveaux immeubles de la Place de la Cavée ne sont toujours pas commercialisées.

Lors du premier mandat de M. Vastel, l’implication personnelle du regretté M. Bigret avait permis de « limiter la casse » en mettant en place un dialogue régulier entre les commerçants et la municipalité. C’est notamment dans ce contexte que nous avions pu bénéficier de l’arrivée de la librairie « Les pêcheurs d’étoiles » sur la Place du Général de Gaulle.

Depuis 2020, le Maire et son adjoint au commerce affichent leur volontarisme mais celui-ci ne repose sur aucune stratégie globale de revitalisation du tissu commercial.

Des initiatives partent en effet dans tous les sens sans qu’elles ne soient réellement coordonnées.

C’est ainsi par exemple que des études ont été confiées à la Chambre de Commerce de Paris sans cahier des charges précis et en payant pour une prestation qui relève a priori des missions de conseil de droit commun de cet organisme consulaire. Un nouvel acteur « Vallée Sud Aménagement » est apparu dans le paysage sans que l’on sache réellement quel sera son rôle pour dynamiser le tissu commercial de notre ville. La politique de préemption de la municipalité de locaux commerciaux se fait au coup par coup sans stratégie globale (ex préemption du local LCL qui vient d’être revendu à Vallée Sud Aménagement). Le projet de renouveau du mail Boucicaut, qui faisait partie des priorités du programme municipal de M. Vastel en 2020, s’est transformé pour l’essentiel en un projet de construction d’une nouvelle tour géante au centre-ville. La rue Boucicaut reste un axe de transit routier alors que tous les spécialistes du renouveau des centre-ville plaident au contraire pour la piétonisation des rues commerçantes et la priorité donnée aux mobilités dites actives.

La gestion du marché aux comestibles par la Société Géraud reste toujours aussi défaillante tant au niveau de la diversification de l’offre, de l’animation, de l’entretien et de la maintenance courante du bâtiment ou des droits de place trop élevés.

Au lieu de s’atteler à ces différents chantiers, le Maire et son adjoint au commerce ont annoncé lors du dernier conseil municipal la mise en place d’un marché de soirée.

C’est aussi une idée que je défendais il y a plusieurs années car elle paraît en effet séduisante sur le papier notamment pour répondre aux besoins des habitants de notre commune qui travaillent les mardis et jeudis matins. Mais, des échanges rapides avec les commerçants du marché m’avaient fait comprendre que cette idée n’était ni pertinente ni compatible avec l’organisation des journées de travail des commerçants alimentaires du marché. En effet, ils s’approvisionnent la nuit au Marché d’intérêt national de Rungis et ne pourront donc pas tenir un stand sur un marché de soirée jusqu’à 22h et se rendre ensuite à Rungis à partir de Minuit. Ils ont en effet le droit, comme tout un chacun de dormir et de se reposer. C’était le sens de l’intervention de Mme Poggi, élue indépendante, au Conseil municipal du 17 décembre dernier.

Au lieu d’apporter des réponses, le Maire et son adjoint au commerce se sont contentés de répondre qu’ils avaient été élus pour défendre les droits des Fontenaisiens et pas ceux des commerçants et d’accuser Mme Poggi d’être la « syndicaliste » des commerçants.

Ces propos n’honorent pas leurs auteurs.

Afin de revitaliser le tissu commercial de notre ville (commerces sédentaires et marché aux comestibles), nous devons donner la priorité absolue aux actions suivantes  :

  • Réfléchir globalement aux aménagements de notre ville (dans le cadre du futur PLU intercommunal) et à la meilleure organisation des flux de transport (en privilégiant le vélo et la marche à pied) ;
  • Lancer une véritable concertation sur l’amélioration de l’offre entre les élus de la ville, les habitants de notre commune et les représentants de commerçants.

Espérons que la majorité municipale qui est aux manettes encore 4 ans finisse par comprendre tout l’intérêt de ce travail de concertation pour le devenir du tissu commercial de notre commune.

 

Gilles Mergy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *