Accueil Logement La situation du quartier des Blagis : la démolition sinon rien

La situation du quartier des Blagis : la démolition sinon rien

0
11

La situation reste très tendue dans le quartier des Blagis. L’incendie de la semaine dernière au parking souterrain se rajoute à la litanie des incidents qui interviennent dans ce quartier pour le plus grand malheur de ses habitants ; dépôts sauvages d’ordures, pannes et dysfonctionnements en tout genre notamment de la plomberie ou des tuyaux de gaz, dégradation du bâti et des logements, manque de personnel de gardiennage, difficultés de la municipalité pour maintenir les activités dans la maison de quartier…

L’unique réponse apportée par la municipalité lorsqu’on lui demande de présenter ses priorités pour le quartier est de rappeler son projet de démolition-reconstruction. Mais ce projet séduisant sur le papier prend du retard et son achèvement est désormais prévu en 2037. Cela témoigne une fois de plus de tout l’intérêt de notre projet alternatif de réhabilitation approfondie. En tout état de cause, puisque c’est L. Vastel qui est aux manettes, je me permets de l’inviter à sécuriser réellement les différentes étapes du projet (pour éviter tout risque de dérive supplémentaire) et de veiller aux bonnes conditions d’accompagnement et de relogement des locataires actuels.

Quant au bailleur, Hauts de Seine Habitat, c’est encore pire, il est totalement aux abonnés absents. Il se contente de toucher chaque mois les loyers et les charges, il traine sur la régularisation des charges en fin d’exercice et réduit drastiquement toutes ses interventions pour entretenir cette résidence.

Heureusement que l’amicale des locataires présidée par Marie-Laure Ange est active et vigilante sur le respect des droits des locataires.  

Il est donc essentiel qu’elle soit pleinement associée à toutes les discussions sur la situation actuelle du quartier et son avenir et que les tentatives de certains pour la noyauté et/ou la fragiliser soient arrêtées. 

Fragiliser l’amicale des locataires c’est en effet mettre à mal le “vivre ensemble” dans ce quartier de notre ville.

Gilles Mergy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *